DĂ©coration
Ombrage En-TĂŞte
Masquer l'Activité
Discussions
Actualitès
Articles
Dernières Discussions
Dernières Réponses
Dernières Actualitès
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Derniers Articles
Dernières Mises à Jour
Dernières Réponses
Pub Almuric

Article

RĂ©pondre

Interview de Laurent Di Filippo

Article de Patrice Louinet
Posté le jeu. 30 oct. 2014 à 10H42
Qui es-tu?

Je m’appelle Laurent Di Filippo et depuis 2010 je suis doctorant en co-tutelle internationale, en sciences de l’information et de la communication et en études scandinaves. Mes recherches portent sur la réception de la mythologie nordique dans les jeux de rôle en ligne massivement multi-joueurs et tout particulièrement Age of Conan, qui est mon terrain d’étude.

Comment est venue l’idée de faire un tel travail ?

Presque par hasard ! Lorsque j’ai repris des études en langues, suite à un cursus en informatique, j’ai décidé de me spécialiser dans les études scandinaves et là, j’ai commencé à apprendre plus de choses sur les sources qui avaient nourri une grande partie de l’imaginaire lié à différents loisirs que je pratiquais. Car on retrouve des éléments de mythologie nordique dans de nombreux médias.
Quand est venu le moment de choisir un sujet de recherche pour mon mémoire de master, je pensais d’abord travailler sur des problèmes linguistiques, mais mon directeur de l’époque était spécialiste de contacts de cultures. Sans trop y croire au départ, je lui ai donc proposé de travailler sur les traces de mythes nordiques dans les MMORPGs. À ma grande surprise, il a accepté et il était même plutôt enthousiaste, tout en me prévenant qu’il fallait être carré pour travailler sur les jeux vidéo à l’université. Au début, il est vrai que je me justifiais souvent. Mais entre mes débuts en master en 2008 et aujourd’hui, j’ai senti une certaine évolution et j’ai l’impression que ce type de sujet est mieux accueilli maintenant.
Durant mes années de master, j’ai travaillé sur Dark Age of Camelot principalement et un peu sur Age of Conan. Et comme le premier a fermé ses portes en France en 2010, j’ai choisi AOC comme terrain d’étude pour ma thèse, en espérant qu’il reste ouvert suffisamment longtemps.

En gros, tu joues à des jeux vidéo ?

C’est exactement ça !
En fait, la journée d’un chercheur en SHS c’est surtout passer beaucoup de temps à lire et à analyser les observations qu’on peut faire. Pour ma part, j’ai aussi passé beaucoup de temps à étudier les sources de la mythologie nordique en vieux-norrois, l’histoire de leur réception jusqu’à nos jours, les récits d’Howard et certaines de ses correspondances, la manière dont la franchise s’est développée pour arriver jusqu’au jeu, sans même parler de toutes les lectures théoriques. Ce type de travail englobe des éléments d’études de communication, de linguistique, de littérature, d’histoire, d’anthropologie et de sociologie, un peu d’analyse des industries culturelles et créatives. Tout ça ne se fait pas pendant le temps de jeu. Néanmoins, il y a certaines choses que je n’aurais sans doute jamais trouvées si je n’avais moi-même joué à AOC, comme ce Scalde1 qui récite des poèmes de REH dans un coin de la taverne de Conarch, ou encore Juxia, le rhinocéros Berserker, que les joueurs peuvent affronter au fin fond d’une instance du Khitai.
Ensuite, l’observation participante est une méthode d’enquête reconnue. Outre le fait de permettre au chercheur de faire lui-même l’expérience des activités qu’il étudie, elle permet de rencontrer un grand nombre de gens qui la pratiquent. Et puis c’est intéressant de voir les réactions des autres joueurs quand on annonce qu’on est là pour faire des recherches ! Ça aussi, ça aide à mieux comprendre les représentations qu’ils se font du travail universitaire.

Justement , on fait quoi avec une thèse sur Conan adapté en MMORPG ?

Très bonne question. Mon but est de devenir enseignant. J’ai eu la chance de donner des cours à l’université pendant mes études et ça m’a beaucoup plu comparé à d’autres boulots que j’avais pu faire par ailleurs. C’est donc avec cet objectif que j’ai décidé de commencer une thèse. Malheureusement, il n’existe pas encore d’université du Pulp avec spécialité Howard ! Du coup, ça demande aussi de s’intéresser à beaucoup d’autres domaines de la discipline dans laquelle on s’inscrit, et pas simplement celui de sa thèse.
Mes travaux tournent plutôt autour de la question des mythes traditionnels, de leur place dans la culture contemporaine et des processus de communication. Howard, Conan et les jeux sont ce qu’on appelle un cas d’étude, un exemple à partir duquel on éprouve des théories et on en développe de nouvelles. Ce que j’essaie de montrer dans les présentations grand public que je donne, c’est comment un tel objet nous aide aussi à penser un peu plus loin que le bout de notre nez, dans la vie de tous les jours. Et ce que j’essaie de comprendre de manière générale, ce sont des mécanismes de transmission culturelle.
C’est là que ça devient intéressant de comparer ce que je fais avec des travaux que d’autres chercheurs produisent sur des auteurs qui ont connu un peu plus d’attention. On peut penser aux très bons travaux de Vincent Ferré sur J. R. R. Tolkien ou d’Anne Besson sur la fantasy en général. On en arrive vite à la conclusion qu’avec une bonne problématique, le cas d’Howard et de Conan a énormément de choses à nous apprendre.

Ah oui, tu as fait des trouvailles intéressantes ?

Plein, Ă©videmment !
Sans en dévoiler trop (parce que mes directeurs doivent encore relire ce que j’ai écrit et donner leur feu vert ;) ). Je vais évoquer quelques-uns des auteurs qui ont inspiré Howard et qui s’intéressaient eux-mêmes au Nord, comme Henry Wadsworth Longfellow, qui joua un rôle important aux États-Unis au XIXe siècle pour la connaissance des sources norroises . Patrice Louinet parle de l’Hyborée comme d’un « joyeux fourre-tout » et Andrew Hilen disait que pour Longfellow, l’Europe était comme une « Arcadie moderne de légende et de romances ». On retrouve donc l’idée que le Nord, finalement, c’est une source d’inspiration parmi de nombreuses autres, et cela diffère de périodes antérieures et d’autres espaces géographiques où les reprises de ressources nordiques servaient des revendications identitaires et une cause nationale plus affirmées.
Je reviendrai aussi sur les différents éléments de mythologie nordique que l’on trouve dans les nouvelles de Conan, comme par exemple « La fille du géant du gel », et là, je risque de ne pas tomber toujours d’accord avec les propositions de Patrice. Mais c’est aussi sur le mode de la critique et des corrections mutuelles, en fonction des spécialités de chacun, que la science avance.
J’espère pouvoir en dire plus très bientôt !

Et quand tu ne « travailles » pas, tu fais quoi ?

Je joue :D Même si les années de thèse ne laissent pas autant de temps qu’on le voudrait des fois pour ça. Mon loisir favori reste le jeu de rôle sur table que j’ai connu quand j’avais 14 ans environ et un des rares que je n’ai jamais lâché depuis.

*Le terme scalde est lui-même un emprunt au vieux norrois skáld désignant un poète.

- - - - - - -

Laurent Di Filippo membre du centre de recherche sur les médiations de l’université de Lorraine, et du département Nordistik de l’université de Bâle. Il a co-dirigé l’ouvrage La position du doctorant. Trajectoires, engagement, réflexivité, paru en 2012, il est membre du comité de rédaction de la revue interdisciplinaire en ligne Interrogations et membre de l’équipe ResoSHS.
Plus d’infos : http://laurent.di-filippo.fr

1

Le terme scalde est lui-même un emprunt au vieux norrois skáld désignant un poète.


 
Réponse postée le jeu. 30 oct. 2014 à 15H14 #2299
Hyarion Membre Avatar Hyarion

Merci pour cet entretien.
Pour avoir eu l'occasion d'en parler avec l'intéressé lors de la Journée Howard du 11 octobre, je crois pouvoir dire que nous sommes d'accord sur le chemin à suivre quand on fait de la recherche : faire les choses sérieusement, sans se prendre au sérieux (chaque partie de la formule étant importante, et l'une n'allant pas sans l'autre). ;-)

Amicalement,

Hyarion.

“Civilized men are more discourteous than savages because they know they can be impolite without having their skulls split, as a general thing.”

— The Tower of the Elephant, 1933

Réponse postée le jeu. 30 oct. 2014 à 23H04 (Editée par arruziel le jeu. 30 oct. 2014 à HH07) #2304
arruziel Membre Avatar arruziel

Tout cela m'a l'air passionnant, aimant les mythologies en générale et surtout les mythologies Sceltique et Nordique en particulier bien que n'étant pas un spécialiste, ce genre de textes me paraît très intéressant évidemment.


By This Axe I Rule (King Kull). Robert E. Howard

RĂ©pondre

Statistiques

A l'heure actuelle, le site existe depuis 04 annees, 1 mois, 21 jours, 17 heures, 29 minutes, 32 secondes

Le site compte actuellement 210 membres (167 inscrits et 43 en attente de validation).

Le dernier membre est LeParatonnerre qui s'est inscrit le dim. 15 oct. 2017 Ă  11H51.

Il y a actuellement 4368 messages postés en forums.

Le site propose actuellement un total de 225 Discussions, 218 Actualitès et 28 Articles.

Ombrage Pied de Page
Conditions d'utilisation du site : Copyright ©2013 RobertEHoward.fr - Tous droits rĂ©servĂ©s - Conception Internet : The Two-Gun Art